La césure

Pour l’écouter c’est ici

 

 

Dans mon quartier frottent les murs

Mes voisins vivent leurs vies

J’aime à les entrevoir depuis mon balcon

Entre les rondes d’un couple de papillons

À eux seuls ils sont la césure

De mes lentes insomnies

Doux paysage de brique loin des soucis

Rangeant les fragments de ma tête

De mes pensées qui s’enchevêtrent

Et la poussière et les débris

 

Une vieille nourrit son chat

Pendant qu’un voisin se rassoit

Sur une chaise le journal à la main

C’est la musique des gestes du quotidien

Ici la mousse peint les murs

Là-bas une gouttière fuit

Ces bâtiments respirent quelques décennies

Rassemblant autour de la cour

Un tas de vie suivant son court

Résonnant comme la plus belle des symphonies

 

Bruxelles est une belle dame

Si certains jours elle vibre dans le vacarme

Dans le tourbillon de la vie ma jeune âme s’épanouit

Entre ces murs entre ces vies

Dame Bruxelles aujourd’hui je vous remercie

Un café noir une cigarette

Pendant que l’homme en bas dort en penchant la tête

Ses nouvelles tombent au sol

Les miennes un instant dans l’oubli

Dame Bruxelles aujourd’hui je vous remercie

Pour cet instant de répit

 

Un rayon de lumière illumine le ciel

Le papillon à tout jamais est infidèle

Il vole d’aile en aile emporté par le vent

Je l’observe paisiblement

Je rêve assis face à ce pays des merveilles

Pendant que l’homme en bas doucement se réveille

Je ferme les yeux inspire profondément

Ici j’ai la vie en avant

 

Bruxelles est une belle dame

Si certains jours elle vibre dans le vacarme

Dans le tourbillon de la vie moi je crois qu’ici je grandis

Entre ces murs entre ces vies

Dame Bruxelles aujourd’hui je vous remercie

Un café noir une cigarette

Pendant que le chat de la voisine laisse les miettes

Elles finiront sous la pluie les miennes enfin sont à l’abri

Dame Bruxelles aujourd’hui je vous remercie

Pour cet instant de répit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Un site utilisant WordPress